Patrouille de choc 1956 INDOCHINE

Pendant la guerre d’Indochine, le lieutenant Perrin et ses hommes, des soldats français, tiennent un poste reculé. Ils vivent en bonne entente avec la population locale. Avec le temps, ils sont parvenus à tisser des rapports pacifiques avec les villageois. Les Français ont construit une école et un dispensaire. Mais, tous leurs efforts sont soudain anéantis lorsque les maquisards du Viêt-minh prennent d’assaut leur poste…

Une salle d’honneur pour rendre hommage à trois grands Coyotes

Au 8ème R.P.I.Ma

Matinée d’hommage ce vendredi 12 avril 2019 au quartier Fayolle. Dans les jardins du Mékong, le Président de la section tarnaise de l’Union Nationale des Parachutiste, Jacky BOULBIN, baptise la section qui prend le nom de l’adjudant-chef Daniel RAOUL.

Vers 10 heures, tous les participants et les familles de nos trois frères d’armes, se dirigent vers les bâtiments de la 4ème compagnie. Les Coyotes inaugurent leur salle d’honneur eu présence du colonel Bertrand DEBRAY chef de corps du 8ème R.P.I.Ma.

Un hommage appuyé est rendu à cette occasion au capitaine BOYER, à l’adjudant-chef RAOUL et à l’adjudant CARRIER, morts en service commandé.

Pierre BOYER, le passionné. Né en 1946 à Figeac, il est affecté une première fois au «8» en 1965. Pendant trois ans, il est remarqué par ses chefs pour ses qualités de meneur d’homme. Il reviendra au «8» pour rejoindre la «4». En juillet 1984, il est affecté au 5e R.I.A.O.M à Djibouti comme officier supérieur adjoint jusqu’à sa mort tragique en parachute le 10 juillet 1986. Passionné par son métier, il avait l’âme d’un chef.

Daniel RAOUL le précurseur. Il fait partie des premiers engagés au «8» en 1970. Affecté au 4e commando de la CPIMa, il est blessé lors de l’embuscade de Bedos le 11 octobre 1970. En juin 1973, il revient au «8» comme caporal-chef et sert la compagnie d’appui. Dix après, promu adjudant, il commande une section de la 4e compagnie. En 1990, l’adjudant-chef perd sa vie à Djibouti dans un tragique accident en service.

Bruno CARTIER le valeureux. Le stade de Saix porte son nom. Il s’engage au 8e R.P.I.Ma en 1983 à 18 ans. Nommé sergent en 1986, il est désigné pour servir la compagnie d’instruction du «8». Le 27 juin 1996, le chef de section de la 4 perd la vie dans le cœur du mont Igman en Bosnie-Herzégovine, après que son véhicule blindé ait fait une chute brutale. Très gravement blessé, il a d’abord le souci de faire soigner ses hommes avant de décéder peu après.